4808,73 m... c'est la nouvelle altitude du mont Blanc

Du 8 au 11 septembre 2015, c’est une expédition de 24 professionnels de la montagne, spécialistes de la mesure, experts du climat et glaciologues qui sont, une nouvelle fois, montés sur le toit de l’Europe pour en vérifier l’altitude et la déformation de la calotte sommitale. Cette mesure désormais attendue de tous est chaque fois l’occasion pour les géomètres-experts d’utiliser le matériel topographique Leica Geosystems dans des conditions extrêmes et valider la fiabilité du réseau GPS TERIA de positionnement centimétrique. A la clé, deux expéditions pour l’année 2015 et une preuve scientifique : l’altitude au sommet varie en fonction de phénomènes locaux, sans être véritablement sujette au changement du climat. De quoi bousculer les idées reçues…

Deux opérations menées en parallèle en 2015

illustration0

C’est dans le plus grand secret qu’une expédition de quelques géomètres-experts s’est rendue au sommet du mont Blanc les 30 et 31 mai 2015. Comme pour chaque opération, les géomètres-experts ont choisi de s’entourer de professionnels de pointe : les guides de Chamonix et Saint-Gervais, un glaciologue, le matériel topographique de Leica Geosystems et le réseau GPS de positionnement centimétrique temps-réel TERIA.

Mesurer le mont Blanc avant et après l’été

illustration1

Une mesure en mai, pour quel résultat ? Comme d’habitude un résultat ultra-précis, et une grande surprise puisque le 31 mai 2015, le mont Blanc a été mesuré à 4807,88 mètres pour un volume sommital de 13395 mètres cubes. On reviendrait donc à la mesure historique, celle des livres de géographie de notre enfance ? Le souci de la rigueur et de la précision animent les géomètres-experts et leurs partenaires dans cette aventure qui a lieu régulièrement depuis 2001. Comme l’indique Vincent Gaillard, géomètre-expert, « C’est donc pour aller au bout de la démarche qu’une deuxième opération a été menée en 2015, en septembre cette fois-ci, du 8 au 10. Le résultat de cette seconde mesure estivale est de 4808,73 mètres, et un volume de 18120 mètres cubes. Ces deux observations, aux résultats étonnants, permettent de constater que, contre toute attente, le mont Blanc affiche une altitude de fin d’été plus élevée que l’altitude hivernale.»

Une interprétation laissée aux scientifiques

Comme l’indique Christian Vincent, glaciologue, « la variation de l’altitude du sommet du mont Blanc est extrêmement difficile à interpréter d’un point de vue glaciologique et météorologique. En effet, la calotte glaciaire sommitale, mobile, tend à s’écouler tout en étant compensée par l’accumulation de neige au cours de l’hiver. » Cette accumulation dépend des précipitations mais aussi essentiellement de la variation du vent. Il poursuit son explication, « La fonte de la neige au sommet reste négligeable, malgré l’été 2015 qui a été très chaud. Les variations observées au sommet ne peuvent toutefois pas être généralisées et ne peuvent pas être retenues comme indicateurs de l’évolution du climat. C’est plutôt l’étude de la masse du glacier qui est significative. » La variation observée dans les Alpes est en moyenne d’une baisse d’un mètre par an depuis les 30 dernières années, phénomène directement lié aux variations climatiques. La variation d’altitude du mont Blanc est donc très liée à des variations locales, alors que l’évolution des glaciers est, elle plus impactée par le climat.

Un niveau de précision ultra-fiable au service de l’analyse scientifique

Le seul moyen de mesurer le mont Blanc avec une précision centimétrique, cette même précision que les géomètres-experts exigent dans leurs travaux quotidiens, c’est de monter à son sommet et d’installer un récepteur satellite mobile. Comme l’indiquent Farouk Kadded de Leica et Paul Chambon de Teria, « Ce capteur GNSS de Leica Geosystems se connectant via GSM au réseau TERIA calcule en temps réel la position et l’altitude au centimètre près. Cette expédition est évidemment toujours l’occasion de tester la résistance et la fiabilité du matériel fourni par Leica Geosystems, soumis à des conditions météorologiques particulièrement difficiles, ainsi que la qualité des mesures réalisées en temps réel à l’aide du réseau GPS TERIA. »

A propos de la mesure du Mont Blanc

Initiée en 2001 par les géomètres-experts de Haute-Savoie et Leica Geosystems, la campagne de mesure du Mont Blanc est devenue un rendez-vous incontournable qui a lieu tous les deux ans en septembre. Le matériel de topographie de pointe est mis à disposition par Leica, la mesure de l’altitude est réalisée avec le réseau GPS TERIA de précision centimétrique en temps réel, la gestion du réseau TERIA étant assurée par la société EXAGONE. L’expédition est encadrée par les guides de Chamonix et de Saint-Gervais. Un glaciologue accompagne également l’expédition, car c’est bien pour la science et les générations futures que ces données sont recueillies régulièrement.

Les résultats des années précédentes

AnnéeAltitude mesuréeVolume de neige au-dessus de 4800 m
20134810,8820 213 m3
20114810,4421 281 m3
20094810,4521 626 m3
20074810,9024 062 m3
20054808,7514 248 m3
20034808,4514 598 m3
20014810,40Non mesuré